Déclaration de mission

Les solutions à la crise climatique sont limpides : une transition rapide et juste vers un système énergétique décarboné et sans nucléaire. La seule manière rapide de stopper les impacts climatiques des usages de l’énergie est de passer aussi vite que possible des modèles énergétiques obsolètes du XXème siècle, basés sur un nucléaire polluant et les énergies fossiles, à un modèle du XXIème siècle reposant sur des énergies renouvelables sûres, propres, financièrement accessibles, et sur l’efficacité énergétique.

Le nucléaire ne peut pas résoudre la crise climatique. Dans les fait, la poursuite de son usage l’aggrave en empêchant le déploiement de systèmes énergétiques propres.

Pour ne citer que quelques éléments parmi une myriade de problèmes, le nucléaire est notamment :

  • Inséparable de violations des droits humains et d’une forme de racisme environnemental : les peuples autochtones, de couleur, et les communautés les plus pauvres sont les premières victimes de l’extraction de l’uranium et de l’accumulation des déchets radioactifs. La radioactivité provoque des dommages deux fois supérieurs chez les femmes que chez les hommes. Et la pollution radioactive nuit aux générations futures dans leur ensemble, en empoisonnant l’environnement pour des centaines de milliers d’années.
  • Trop polluant : les réacteurs nucléaires et la chaîne du combustible nucléaire produisent de grandes quantités de déchets radioactifs d’une dangerosité mortelle, qui s’accroissent de manière constante avec l’usage du nucléaire. La chaîne du combustible nucléaire génère bien plus d’émissions de gaz à effet de serre que les énergies renouvelables et les mesures d’efficacité énergétique. Tous les réacteurs, dans leur fonctionnement régulier, émettent de la radioactivité et produisent des déchets radioactifs. Les instances scientifiques confirment également que toute dose de radioactivité peut provoquer des dommages.
  • Trop dangereux : poursuivre le recours au nucléaire mènera inévitablement à plus d’accidents comme Fukushima, Chernobyl et Church Rocks. Par ailleurs, les matières et technologies nécessaires au fonctionnement du nucléaire peuvent être détournées pour des programmes à visée militaire.
  • Trop cher : le nucléaire est la technologie la plus coûteuse pour réduire les émissions de carbone et méthane. Il monopolise des investissements qui manquent cruellement aux énergies propres
  • Trop lent : recourir au nucléaire pour réduire les émissions des combustibles fossiles nécessiterait un programme de construction de réacteurs sans précédent dans un délai réduit, bien au-delà des capacités des industriels.

Les énergies propres comme le solaire, l’éolien, la géothermie, l’efficacité énergétique, la production décentralisée, le stockage de l’électricité et d’autres technologies avancées peuvent répondre aux besoins énergétiques mondiaux sans émissions de CO2 ni de méthane, de déchets radioactifs et d’autres pollutions.

Climate change & nuclear power

An analysis of nuclear greenhouse gas emissions by Jan Willem Storm van Leeuwen, MSc / commissioned by the World Information Service on Energy (WISE)

Sign our petition

Nuclear power in particular cannot solve the climate crisis. Indeed, its continued use exacerbates global warming by preventing the deployment of clean energy systems.

COP-23-Alliance